Nous craignons que nos dents nous coûtent encore beaucoup d'argent

Une enquête d'Helan révèle que 6 personnes sur 10 ont déjà subi des modifications dentaires sous forme d'orthodontie, de couronnes, d'implants ou de fausses dents. La moitié de ces personnes pensent que c'est une bonne raison d'opter pour une assurance dentaire complémentaire.

Les assurances dentaires complémentaires gagnent rapidement en popularité

Une grande majorité craint le prix à payer très élevé pour garder ses dents belles et saines aussi longtemps que possible. Ce qui explique la croissance de popularité de l'assurance dentaire : plus d'une personne sur 4 dispose d'une assurance dentaire complémentaire et celle-ci fait partie de notre portefeuille familial en compagnie des assurances familiale, automobile, incendie et hospitalisation.

6 personnes sur 10 ont déjà subi des modifications dentaires

Une récente enquête d'Helan indique que nous prenons activement soin de nos dents. Nous ne sommes pas moins de 6 sur 10 à avoir déjà fait effectuer une ou plusieurs interventions dentaires majeures. Par exemple de l'orthodontie (26%), une fausse dent (16%), une couronne (14%) ou un implant (8%). Et cela principalement pour des motifs fonctionnels (par exemple pour faciliter les repas et la conversation) ou pour prévenir le pire, et non pour des raisons esthétiques. Une grande importance est attachée à la santé dentaire : 83% de la population n'hésiterait pas à passer à l'action si le dentiste l'exige.

Avoir de belles dents coûte cher

Mais l'addition vient jouer les trouble-fêtes. L'enquête indique que ces interventions « plus lourdes » sont considérées comme coûteuses à très coûteuses. 7 peronnes sur 10 craignent que conserver leurs dents intactes et en bonne santé leur coûte beaucoup d'argent. Nous sommes 80% à estimer très élevés les coûts pour un implant, et 60% à être effrayés par le coût d'une couronne.
Et 2 parents sur 3 s'inquiètent du coût des appareils d'orthodontie pour leurs enfants. La moitié des parents indiquent qu'au moins un de leurs enfants a déjà eu un appareil dentaire. Et les parents dont l'enfant n'a pas encore eu d'appareil dentaire supposent qu'il y a de fortes chances que cela soit encore nécessaire ou en tous cas qu'ils ne manqueront pas d'interroger le dentiste à ce sujet.

Une assurance dentaire complémentaire pour amortir les coûts

Dans ce contexte, la popularité croissante de l'assurance dentaire complémentaire n'est pas surprenante. L’assurance maladie légale rembourse naturellement une partie des soins dentaires. Mais il existe également des traitements qui ne sont pas ou ne sont que partiellement remboursés par l'assurance maladie légale.

Une autre raison des coûts élevés est qu'environ 40% des dentistes et 80% des orthodontistes ne sont pas conventionnés et facturent donc des suppléments que ne rembourse pas l'assurance maladie légale.  Ceux qui doivent porter un appareil dentaire peuvent très vite se voir présenter une facture pouvant atteindre 3.700 euros. Et pour les bridges, les prothèses et les couronnes, la moyenne est de l'ordre de 1.600 euros.

Un quart de la population a déjà opté pour l'assurance dentaire 

Pour se mettre à l'abri des frais de soins dentaires, un quart de la population possède désormais une assurance dentaire en plus de l'assurance maladie légale. Les jeunes en voient plus volontiers les avantages que les personnes de plus de 55 ans : parmi les 18 à 34 ans, 34% des personnes interrogées possèdent déjà une assurance dentaire comme protection supplémentaire contre les coûts à venir des soins dentaires.

Aujourd'hui, l'assurance dentaire devient de plus en plus une assurance de base.

"Depuis 2007, Helan propose une assurance dentaire complémentaire. Au cours des 5 dernières années, le nombre de clients de cette assurance a augmenté de pas moins de 77%. On constate, notamment chez les jeunes et les jeunes familles, une tendance à être correctement assuré contre les dépenses imprévues. Auparavant, dans le monde de l'assurance, on parlait du 'trèfle à quatre feuilles'. Cela signifiait que ceux qui - dans leur vie privée - souhaitaient la tranquillité d'esprit prenaient d'office une assurance familiale, hospitalière, incendie et automobile. Ce qui leur permettait de couvrir les risques majeurs. Aujourd'hui, l'assurance dentaire devient elle aussi de plus en plus une assurance de base," explique An-Sofie Lavaert, chef de produit assurance à Helan.

Source : Étude iVox sur les soins dentaires commandée par Helan, enquête auprès d'un échantillon représentatif de n = 1.000 personnes. Janvier 2020.

Partagez cet article

Lire la suite

25 avril

Aider les réfugiés d’Ukraine ? Helan y contribue volontiers

Depuis février, plus de 5 millions d'Ukrainiens ont fui leur pays, dont plus de 30 000 se sont enregistrés en Belgique. De nombreuses initiatives ont déjà été mises en place pour les accueillir et les aider dans leurs démarches administratives. Cela concerne aussi le domaine de la prévention, du bien-être et des soins de santé.

14 juin

15 min d'activité physique à la crèche, c'est tout bon pour le développement moteur

L'UGent et la VUB viennent de terminer une étude pilote prometteuse dans les crèches d'Helan. Elle a non seulement montré qu'un quart des enfants âgés de 1 à 3 ans obtenaient des résultats inférieurs aux valeurs de référence en matière de motricité. Mais elle a aussi montré que lorsque le personnel de la crèche exerçait la motricité pendant 15 minutes par jour, les enfants faisaient des progrès rapides, au sens propre comme au sens figuré. Toutes les parties se rejoignent pour demander que l'on travaille sur la qualité des exercices de motrocité dans me secteur de l'accueil des enfants

02 avril

Patient à risque? Lisez tout ce qu’il faut savoir sur le vaccin contre le coronavirus pour les patients à risque

Une liste de patients à risque a été dressée par rapport à la vaccination contre le coronavirus. Ces patients sont vaccinés en priorité. Quelles sont les affections reprises sur la liste? Et comment savoir si vous y figurez?

17 janvier

Les mesures de sécurité dans les agences Helan

Nos agences rouvrent leurs portes, mais pour un nombre limité de rendez-vous, et sous de strictes conditions de sécurité. Lisez ici ce à quoi vous devez faire attention.